Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Christopher Gérard

Chronique du 22/08/2013

Ces jours-ci, plusieurs centaines de romans vont orner les vitrines et occuper les rayons de nos librairies : c’est la rentrée littéraire. Pour ma part il y en a trois que je suis impatient de lire : Le Fils de Sam Green de Sibylle Grimbert chez Anne Carrère, Naissance de Yann Moix chez Grasset, Les Renards pâles de Yannick Haenel chez Gallimard, des cadets dont j’admire le talent.
Je les lirai, mais en ce mois d’août finissant j’aimerais signaler à l’attention des visiteurs de ce site un essai, qui, paru avant l’été, risque de disparaitre des vitrines et des rayons évoqués ci-devant. Si vaste que soit une librairie, elle n’est pas extensible, et la recrue continuelle des nouveaux livres y obscurcit avec promptitude la présence de ceux publiés quelques mois auparavant .
Il s’agit de Quolibets de Christopher Gérard, à l’Age d’Homme.
Christopher Gérard n’est pas pour mes lecteurs un inconnu. Il apparait dans Vous avez dit métèque ? où je prends sa défense contre un zozo qui prétendait lui interdire, sous le prétexte qu’il serait un intellectuel de droite, d’écrire sur l’œuvre d’Alain Daniélou ; il apparaissait déjà dans Boulevard Saint-Germain, à propos de l’empereur Julien. Et puis, il est un des auteurs de l’ouvrage collectif que m’ont consacré les Editions du Sandre.
Belge, Christopher Gérard fut un membre actif de la Société des amis de Gabriel Matzneff, fondée à Bruxelles en 1995 par Elisabeth Lechien et Véra Stepanowa, dissoute en 2006. A l’époque, il dirigeait une revue, Antaïos, érudite mais jamais abstruse, où le paganisme gréco-romain, si cher à mon cœur, occupait une place royale. Ce fut par le truchement de la Société et de sa revue, où il témoignait de l’intérêt qu’il portait à mon travail d’écrivain, que nous nous liâmes d’amitié.
Aujourd’hui, ce n’est pas sa bibliothèque d’helléniste et de latiniste qu’il nous ouvre dans Quolibets, c’est sa bibliothèque contemporaine. On y rencontre des savants qui partagent son intérêt pour le monde païen – le Père Festugière, Jacqueline de Romilly -, mais aussi des romanciers, des poètes. Certains me sont familiers, il y en a d’autres dont, je le confesse, j’ignorais jusqu’à l’existence. J’ai eu plaisir à y rencontrer certains de mes amis : Alain de Benoist, Renaud Camus, Claude-Michel Cluny, Guy Dupré, Claude Imbert, Dominique de Roux, Marcel Schneider, Pol Vandromme (liste non exhaustive).
Trois grands aînés : Barbey d’Aurevilly, Paul Morand, Ernst Jünger.
A lire la liste des auteurs qu’il aime (je ne parle pas des inconnus dont je ne sais rien), on peut se faire une image assez précise de l’univers esthétique et spirituel de Christopher Gérard. Un homme de droite ? Soit, mais le fait que, même à l’époque où les bien-pensants me mettaient au pilori, ce courageux matznévien continuait, imperturbable, à louanger mes livres, prouve que, par delà ce genre d’ étiquette réductrice, il est d’abord un esprit libre.
Dans son exorde, l’auteur précise que son titre signifie quod libet, « ce qui plaît ». Bravo ! Bravissimo ! Nous ne devons jamais perdre une occasion de publier nos enthousiasmes, nos admirations, car telle est la marque d’une nature généreuse. Ceux qui , par crainte de paraître moins originaux, s’y refusent, sont toujours des médiocres, des troisièmes couteaux.
Christophe Gérard et moi, nous avons en commun le goût de quelques écrivains, la plupart antérieurs à la naissance de Jésus-Christ, et, ce qui est beaucoup plus important que la littérature, un égal attachement à la bonne chère et au bon vin. Traditionnellement, nous nous retrouvons à Bruxelles chaque automne pour y savourer de concert les premiers perdreaux (qui, curieusement, arrivent sur les cartes des restaurants belges deux ou trois semaines avant d’atterrir sur les françaises). Vu l’impermanence des choses, et la fugacité de la vie, je prie les dieux de nous permettre une fois encore, fin septembre, de sacrifier à ce rite.

Gabriel Matzneff
www.matzneff.com
21 août 2013


Commentaires

1 - Le 22/08/2013 par Vérabambelle de Bruxelles

Trois fois Youpee ! http://www.youtube.com/watch?v=Vpad2IC06jg&gl=BE

2 - Le 22/08/2013 par Marinella

Christopher Gérard "est un des auteurs de l’ouvrage collectif que m’ont consacré les Editions du Sandre" ; "même à l’époque où les bien-pensants me mettaient au pilori, ce courageux matznévien continuait, imperturbable, à louanger mes livres" ; il " fut un membre actif de la Société des amis de Gabriel Matzneff" ; "il [a toujours témoigné] de l’intérêt qu’il portait à mon travail d’écrivain " ; etc. - Matzneff n'aime que ceux qui l'admirent. Il y a des moments où sa fatuité le rend illisible.

3 - Le 22/08/2013 par Barbara

Marinella fait sa vertueuse : aimez vos ennemis, tendez l'autre joue, etc. Sous ce pseudonyme se cache un jésuite. Matzneff n'est pas critique littéraire, il n'est nullement obligé de parler de livres qu'il n'aime pas, de gens qui ne l'aiment pas, et d'ailleurs, des livres, il en parle très rarement. Quand, de manière exceptionnelle, il parle de livres, c'est bien naturel qu'il parle de ceux de ses amis. Christopher Gérard est, depuis la mort de Pol Vandromme, le critique littéraire belge le plus intéressé à l'œuvre de Gabriel Matzneff. Celui-ci a raison de le souligner, de lui en savoir gré. Votre agressivité, Marinella, est absurde, hors de propos.

4 - Le 22/08/2013 par Marinella

Oui, oui, peut-être... Mais enfin, quelle vanité...

5 - Le 22/08/2013 par Sonia Winterfeld

Marinella, me traiterez-vous, moi aussi, de "bas-bleu" fanatico-idolâtre si je vous dis que le défaut que les amis de Gabriel Matzneff lui reconnaissent volontiers est d'être parfois un peu "soupe-au-lait" (sic) ? Mais vaniteux, ça jamais ! Je partage entièrement l'avis de Barbara. Car il est tout de même naturel qu'un artiste soit ému et touché de l'admiration et du respect qu'il inspire, non ? C'est à se demander si vous l'avez lu sans a priori ? Ce n'est pas parce que "Gab la Rafale" apprécie le bon vin qu'il est un homme vain (*) !

(*) "Tous les hommes qui n'ont pas la connaissance de Dieu ne sont que vanité". (Bible, Sagesse, XIII, 1)

6 - Le 22/08/2013 par Jacques

Cliquez sur mon nom pour découvrir une autre excellente nouvelle en perspective.

7 - Le 22/08/2013 par Marinella-la-vertu-jésuitique

Etre "ému et touché de l'admiration et du respect (que lui-même) inspire" ? Hé bé ! Si ce n'est pas de la vanité, ça ! et du narcissisme au carré ! - D'autre part, vous n'êtes pas sûre que vous-même, et Barbara-le-bas-bleu (c'est vous qui m'y incitez), vous ne lisez pas Matzneff avec des préjugés incessamment positifs ? Il y a beaucoup de choses admirables chez Matzneff, il est même génial par moments, ce n'est pas une raison pour se transformer en pélican avaleur de couleuvres. Quelqu'un qui en aime un autre parce que cet autre l'admire ! Merde ! Comme dit mon copain : "J'ai pas lu Freud, mais y a d'la matière :"

8 - Le 22/08/2013 par Anatole

@ Jacques (6) De quelle bonne nouvelle parlez-vous ? Votre lien renvoie à une page où Le Point attribue à Gabriel Matzneff un article du journaliste Hervé Gattegno ! Telle est, en tout cas, la situation jeudi soir, espérons que la bourde sera vite corrigée. La véritable deuxième chronique que Gabriel Matzneff donne au Point.fr (et qui fait d'ores et déjà un tabac sur la toile) est accessible par le lien sous mon nom.

Deux sur le Point.fr, une ici : voici trois chroniques en rafale. Gab nous gâte !

9 - Le 22/08/2013 par Sonia

Vous savez quoi Marinella-la-chicaneuse ? Si vous tenez tant à pinailler, alors dites-nous pourquoi, d'après vous, devient-on écrivain ? Un artiste ? Un artisan ? Si ce n'est le plaisir de transmettre, de partager, d'être reconnu ? Aimé... Et pourquoi, dites-nous, un lecteur se penche plus volontiers vers l'un plutôt que vers un autre ? Il me semble que Gabriel Matzneff n'a eu de cesse, d'une certaine manière, de se "confesser publiquement". Or je sens, au contraire, qu'il faut une solide et sacrée dose d'humilité pour écrire de soi en toute sincérité à la face du monde au risque, parfois, d'être lynché... Un narcissique préfèrera s'embellir et tromper son monde. Etc.
PS : Qu'entendez par mes "préjugés incessamment positifs" ? Je ne vois pas. Pas plus que je ne comprends pourquoi le pélican ni les couleuvres. Et puis, Gabriel Matzneff est un grand garçon, non ? "Il sait là contre" ! D'ailleurs les vaniteux sont souvent des gens peu intelligents. Or...

10 - Le 22/08/2013 par V

Voilà, il est là !

11 - Le 22/08/2013 par Serpentin Coloré

Ici.

12 - Le 22/08/2013 par Anatole

Le site du Point est en pleine réorganisation. Vendredi, à 8h 42, la deuxième chronique de Gab la rafale est sous ce lien. (On n'a toujours pas rectifié le fâcheux "Metzneff"...)

13 - Le 23/08/2013 par Lulu

J'ai lu la chronique du Point sur les Verts : je n'y ai littéralement rien compris du tout !
C'est fait exprès ? Matzneff est-il en l'espace d'un été et d'une promotion devenu un ennuyeux "postmoderne" ?
Est-ce une blague pour initiés ? Sa prétendue maladie ? Un geste suicidaire ?
Ou tout cela à la fois...
En tout cas, si ça continue, on n'a pas fini de rigoler !

14 - Le 23/08/2013 par Bosh

Je n'y ai pas compris grand chose non plus...

15 - Le 23/08/2013 par Piton

Je suis de l'avis de Barbara (3), mais je ne pense pas que cette pauvre Marinella soit un jésuite. C'est une critique littéraire en herbe qui a tout pour réussir dans ce métier : fielleuse, malveillante, aigrie avant l'âge. A propos d'inutile agressivité, ceci réjouira Barbara et chagrinera Marinella : Ariana Huffington, fondatrice de l'Huffington Post, qui a publié plus de 260 millions de commentaires anonymes, vient de déclarer qu'elle est lasse des agressifs qui se cachent derrière cet anonymat pour critiquer, dénigrer, insulter. Elle considère que l'anonymat ne se justifie que dans les pays totalitaires, policiers, mais que dans nos démocraties occidentales on devrait y mettre fin.

16 - Le 23/08/2013 par Harry

J'avoue ne pas comprendre la hargne de Marinella. Ce site est réservé aux familiers de l'œuvre de Matzneff, et il est naturel que celui-ci, faisant l'amitié à un Belge que personne ne connait de lui consacrer une entière chronique, situe celui-ci, signale les passages de ses livres où il apparait afin de le rendre familier, sympathique. Pour y voir de la "vanité", de la "fatuité", il faut vraiment avoir l'esprit singulièrement mal tourné ou une belle dose de mauvaise foi.
Quant à l'article du Point sur les Verts, mélange d'amitié complice et de mise en boîte, il est d'une clarté de cristal, et très drôle.

17 - Le 23/08/2013 par Marie-Elisabeth

C'est évidemment par amitié pour Christopher Gérard que Calamity Gab a écrit ce texte, comme c'est par amitié qu'il distingue parmi les 500 romans de la rentrée littéraire 3 titres, trois auteurs. C'est pour faire plaisir à quatre jeunes écrivains qu'il a écrit cela. S'il lit le commentaire hostile de Marinella-tchic-tchic, il va se dire : c'est bien la dernière fois que l'on m'y prend !

18 - Le 23/08/2013 par Lorrain

Il n'y a effectivement que l'amitié qui peut lui faire dire tout le bien qu'il ne pense peut-être pas (espérons-le) de Yann Moix et Yannick Haenel. Car ce n'est ni la torture, abolie en France, ni l'espoir d'un retour d'ascenseur...

19 - Le 23/08/2013 par Véra-Rèva S.

Etant de-plain-pied-et-à-plein-temps une "matznèvolâtre" - sic Florent Georgesco cf lien sous ma tête -, je ne vais pas bouder mon plaisir pour dire que, non seulement j'ai tout bien compris (vui vui pauvre Bosh :-), mais que cette chronique surprise m'a fait rire aux éclats.
Merci cher Gab la Rafale, et que vive le fou-rire !

Clignette : Si j'osais, ce n'est pas le "prix pour la plus belle moustache" que je vous décernerais, mais une médaille de bienvenue à la sympathique confrérie des "Conards"... (*)

(*) Là je crains que ni Marinella ni Bosh ne vont comprendre non plus. Pas plus que Lulu. It's "a private joke".

20 - Le 23/08/2013 par elisabeth de bruxelles

Merci cher Gabriel de ce beau texte qui donne envie de lire ce livre de Christopher Gerard.
Nous les anciens de la Sociète de Gabriel Matzneff aurons une grande joie de vous revoir autour d'une bonne table pour l'arrivée de nos cher perdreaux sans oublier les oeufs de vanneaux en otobre .A très vite donc à Bruxelles

21 - Le 23/08/2013 par Confrérie des Marinella-Bosh-Lulu

"Rire aux éclats" ?! Oui, alors, nous n'avons vraiment rien compris du tout...

22 - Le 23/08/2013 par Lulu

Me voici embarquée malgré moi (§ 21) dans une confrérie dont j'ignore tout et que je désapprouve. Basta !

23 - Le 23/08/2013 par Maryse Teaki

.
A la Confrérie. Désolée, mais moi aussi j'ai bien ri. Beaucoup souri en tout cas. Quelle plume ! Rien que pour le titre de la rubrique, déjà : "Un diable dans le bénitier" est une trouvaille géniale !!! A mon avis, bien entendu. Quelle habileté à brouiller les pistes sans trahir son âme, dès lors qu'il n'est pas un Normand.

Avoir à septante-sept ans autant de gouaille, d'insolence et surtout de courage(*) comment ne pas lui tirer son chapeau ou lui faire une révérence à l'ancienne ?
(*) Suicidaire quasi, car souvenons-nous des joyeusetés qu'a dû subir Salman Rushdie et quelques autres anti-barbus.
.

24 - Le 23/08/2013 par L. de Saint-Affrique

"... dont j'ignore tout et que je désapprouve" : comment pouvez-vous désapprouver ce dont vous ignorez tout ?

25 - Le 23/08/2013 par Sonia Winterfeld

Aux trois du # 21 : Ne peut-on penser que votre incompréhension est probablement due à votre extrême jeunesse ? Le billet, si j'ai bien compris, égratigne avec drôlerie l'inconséquente naïveté des Verts d'aujourd'hui et leur gauchisme trompeusement laïcard, puisqu'ils semblent préférer se prosterner devant les barbus et les moustachus "enturbannés" plutôt que devant la Vierge Marie.

Je ne reviens plus sur le nom du jeune et charmant écologiste avant la lettre des années 68 cité par Gabriel Matzneff dans un de ses Carnets - Dumont ? - mais saviez-vous que c'est le vélo de Gab la Rafale que l'on voit à l'entrée du film "An 01" qui gît sous mon nom ?

26 - Le 23/08/2013 par Lulu

Au n° 24 : par exemple j'ignore tout de dieu, étant athée, mais je "désapprouve" effectivement les maux et les tares dont il a chargé les pauvres êtres humains que nous sommes, à commencer par vous.

27 - Le 23/08/2013 par Saint-Affrique

Il me semble que ça n'est pas du tout matznévien, ma pauvre enfant. (Et bien inutilement agressif.)

28 - Le 23/08/2013 par Confrérie des Marinella-Bosh-Lulu

Allez Lulu, fais pas ta pisse-froide. T'as déjà un pseudo débile, rejoins-nous.

29 - Le 23/08/2013 par Elisabeth de Bruxelles

20) Prière de lire nos "cherS" perdreaux. Je suis confuse.
La chasse ne commence que le troisième dimanche de septembre. Je vais déjeuner au T. samedi. Croisons les doigts pour que la ponte soit bonne et que les chasseurs sachant chasser chassent bien !

30 - Le 24/08/2013 par Piton

Celles et ceux qui disent n'avoir pas compris la chronique sur les Verts du Point prouvent qu'ils n'ont pas une lecture récente de "Nous n'irons plus au Luxembourg", qu'ils n'ont pas vu le clin d'œil à la baronne Cramouillard et au professeur Dulaurier manifestant avec Mouna de Dauphine à Vincennes, Dulaurier bottant le cul d'un crs ; qu'ils n'ont pas davantage lu les chapitres de "Le Dîner des mousquetaires" et de "C'est la gloire, Pierre-François !" consacrées à l'écologie, à la diététique. Matzneff était Vert bien avant que le parti vert existe officiellement, mais pour le savoir il faut l'avoir lu.

31 - Le 24/08/2013 par Sonia Winterfeld

.
Merci cher Piton de si bien mieux exprimer ce que j'ai - vainement - tenté de faire comprendre à "la con frérie des MBL" depuis le temps. C'est en 1972 que ma famille et moi avons découvert que Gabriel Matzneff fut un des pionniers de l'écologie avant la lettre. Mais savions-nous, à l'époque, qu'un jour il ne nous resterait plus que les yeux pour pleurer ?

Je prends la liberté de glisser un lien qui vient de 'Les Penchants du roseau" sous mon nom. Tant il bouleverse et réjouit à la fois. L'espoir fait vivre, n'est-ce pas ? http://billets.domec.net/post/2012/09/03/Les-Larmes-de-Montesquieu
.

32 - Le 24/08/2013 par Anatole

Gabriel Matzneff censuré ! Sa remarquable autant qu'insolente tribune consacrée aux Verts et aux Mahométans vient d'être supprimée du site du Point.fr. On ne peut plus y avoir accès que par le cache de Google (lien ci-dessus), mais pour combien de temps ? On l'imagine, la police de la pensée se réjouit avec obscénité sur internet (notamment twitter). Une plume aussi libre et "capricante" (pour reprendre le mot de François Mauriac) que celle de Gab la Rafale n'a-t-elle donc plus sa place dans la France d'aujourd'hui, tombée aux mains des commissaires politiques ?

33 - Le 24/08/2013 par Anatole

Petite suggestion : Ce site ne pourrait-il par héberger la chronique de Gabriel Matzneff qui vient d'être expulsée du Point.fr ? Quel superbe défi à la bien-pensance ce serait !

34 - Le 24/08/2013 par Fanfreluche =§ : o)--

Anatole, Anatole, cher Anatole, merci pour le lien de votre 33 et la suggestion qu'il contient ! C'est princier ! Il serait peut-être opportun de vérifier si la chronique censurée l'est aussi sur d'autres sites ? (Des amis l'ont envoyée en d'autres lieux). Je cours de ce pas de souris pour y aller voir. A ce soir ?

35 - Le 24/08/2013 par L'assistante du webmestre

Anatole (32) fait erreur. La chronique sur les Verts de Gabriel Matzneff n'a d'aucune façon été censurée. On peut très facilement la lire sur le site lepoint.fr, comme on peut y lire celles de deux de ses amis, Nathalie Rheims et Philippe Tesson. Quand les chroniques sont anciennes et ne s'affichent plus en première page, il suffit de cliquer sur la rubrique "Invités" et on les retrouve.
Gabriel Matzneff a accepté avec plaisir l'invitation du Point et il entend bien s'y exprimer avec son habituelle liberté, sans la moindre crainte d'être censuré.

36 - Le 24/08/2013 par Lorrain

Je viens d'aller sur le site du Point : impossible de trouver la chronique, elle n'existe plus, même par l'intermédiaire de Google. La chronique n'a pas été considérée comme "ancienne", évidemment ! elle a tout simplement été effacée.
L'assistante du webmestre s'est évidemment, une fois de plus, encore plantée et nous raconte n'importe quoi, comme à l'accoutumée; mais pour le coup, c'est vraiment malheureux, car il s'agit d'une censure scandaleuse de la part du Point, qui ne respecte ni Matzneff, ni ses nombreux lecteurs. Ce magazine ni fait ni à faire devra s'en expliquer.

37 - Le 24/08/2013 par Anatole

Chère assistante du webmestre, la tribune de Gabriel Matzneff a été signalée comme supprimée du site du Point dès 14h 07 ce samedi (cf. Twitter). Votre phrase, écrite plusieurs heures après, "il entend bien s'y exprimer avec son habituelle liberté, sans la moindre crainte d'être censuré", résonne bien amèrement. Ce disciple de Schopenhauer, Montherlant et Cioran ne nous avait pas habitué à un tel optimisme... (mais peut-être était de l'humour...)

38 - Le 24/08/2013 par Montp.

Apparemment, la chronique de Matzneff a été supprimée après qu'un lecteur a écrit un "commentaire". Ce commentateur ajoute : "Je m'attendais à ce que mon commentaire soit "modéré"; je ne m'attendais pas à ce que Le Point supprime le billet de Matzneff. C'est pourtant ce qu'ils viennent de faire."

Voici le texte du billet de Matzeneff, par chance copié-collé avant sa disparition du site du Point:

Par GABRIEL MATZNEFF
À la une du Point.fr

Les gens de droite sont volontiers surpris par le contraste existant entre l'hostilité à peine voilée (ou ostensiblement dévoilée) des Verts au christianisme et leur manifeste amour du mahométanisme. Un amour qui parade ces jours-ci à Marseille, où les écologistes réagissent passionnément aux propos qu'ils tiennent pour "islamophobes" du ministre de l'Intérieur.

N'étant de droite qu'à mi-temps, je ne suis pas le moins du monde étonné de ce que les Verts soient affectionnés à l'islam. Les Verts sont en effet les héritiers directs des soixante-huitards, les gardiens de nos valeurs anarchistes et libertaires ; et s'ils aiment les barbus à turban, c'est parce qu'ils considèrent avec raison que l'islam est une religion du plaisir : leur modèle politique, éthique, est le tener Arabs, l'Arabe voluptueux que célèbre Tibulle.

Les Verts, m'objectera-t-on, citent rarement Tibulle. Certes, mais il y a une explication à cela. Les poètes grecs et latins, ça fait un peu réac, et lorsqu'on a des ministres dans le gouvernement Ayrault, et un président de la République qui se fout éperdument de tout ce que recouvre le mot "culture" (sur ce point, nous devons lui reconnaître le mérite de la franchise), des progressistes ne peuvent pas trop se permettre de publier leur attachement à Théocrite, Anacréon, Tibulle, Horace ou Ovide.

Un prix pour la plus belle paire de moustaches

En revanche, les poètes érotiques de la tradition mahométane, Omar Khayyâm, Abou Nawas, on peut les citer, se référer à eux, sans craindre de perdre le précieux label d'"intellectuel de gauche". Ils sont musulmans donc blanc bleu. En outre, ils sont homosexuels, leur thème d'inspiration cardinal est l'amour des jeunes garçons et en ce bel été 2013, où les moustachus de France et de Navarre se bousculent aux portes des mairies pour y convoler en justes noces, c'est une raison supplémentaire de les lire, de les déclamer. J'ai un proche ami qui participe à ces journées marseillaises et vertes, il devrait suggérer à ses camarades de créer un prix Abou Nawas qui récompenserait la plus belle paire de moustaches.

Oui, les Verts, héritiers directs des soixante-huitards. Nous sommes nombreux à garder un souvenir ému de cette historique manifestation contre la pollution organisée en 1972 par Mouna, le père spirituel des futurs Verts, dont le cri de ralliement était : "Pouah, ça pue ! des vélos, plus d'autos !" où la fine fleur des végétariens Peace and Love défila à bicyclette de la porte Dauphine au bois de Vincennes, se castagna avec les CRS ("CRS, SS"), place de la Nation.

Le Bouddha-Mahomet, c'est kif-kif bourricot

À l'époque, pour dire vrai, notre maître à penser n'était pas Mahomet, c'était Ohsawa, l'auteur du Zen macrobiotique, et nous préférions le riz complet (dont nous mâchions cinquante fois chaque bouchée) au couscous, car, comme nous disions alors, "le riz, c'est Bouddha".

Le temps passe, les modes changent. Hier, le Bouddha, aujourd'hui, Mahomet, c'est kif-kif bourricot. Car, au fond, la seule chose importante, si l'on veut être un vrai Vert, un homme de gauche garanti pur sucre, c'est que ce ne soit pas la Sainte Vierge.

39 - Le 24/08/2013 par Anatole

@ Montp. Merci pour le copié-collé et pour vos intéressantes précisions. Peut-on vous demander sur quel site vous avez lu la réaction de ce "commentateur" ?

Je copie ici le lien vers la page de google-cache où l'on peut encore lire la chronique telle qu'elle apparaissait sur lepoint.fr (ce lien est trop long pour tenir dans l'emplacement habituel) :

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:http://www.lepoint.fr/invites-du-point/gabriel-matzneff/matzneff-pourquoi-les-verts-aiment-les-mahometans-22-08-2013-1716472_1885.php

40 - Le 24/08/2013 par Guilaine

Merci à Montp, car effectivement je viens de découvrir sur facebook l'existence de cette chronique, et en cliquant sur le lien, PAF ! Déjà plus RIEN.

41 - Le 24/08/2013 par Montp.

On trouve ceci sur le site du parti de l'in-nocence (tapez ce nom sur Google), qui est le parti de Renaud Camus ; Camus qui est lui-même un ami de Matzneff...

42 - Le 24/08/2013 par Lorrain

La discussion autour du texte censuré est intéressante, même si on ne partage pas exactement les idées extrêmes de Renaud Camus.

43 - Le 24/08/2013 par Mireille

Franchement, sauf si le journal Le Point a reçu des menaces, j'ai beaucoup de mal à croire que cette lucide et subtile mais inoffensive chronique sur les Verts ait pu faire l'objet d'une quelconque censure. C'est absurde. Qui pourrait nous le garantir à 100% si ce n'est le responsable du journal Le Point ? Depuis quand censure-t-on un écrivain orthodoxe qui a l'intuition que c'est la politique des Verts qui serait à l'origine de la déchristianisation de la France ? Il me semble que lorsque Gabriel Matzneff conclut qu'on fond - "la seule chose importante, si l'on veut être un vrai Vert, un homme de gauche garanti pur sucre, c'est que ce ne soit pas la Sainte Vierge" - ne veut pas sous-entendre autre chose.

44 - Le 25/08/2013 par Montp.

Oui, effectivement, je n'ai rien lu dans cet article qui méritât d'être censuré.

45 - Le 25/08/2013 par Lorrain

Il faudrait peut-être déjà savoir ce qu'il y avait dans le message du lecteur qui a entraîné la décision du Point.

46 - Le 25/08/2013 par Anatole

Le commentaire en question semble être celui de Francis Marche, copié-collé sur le forum du Parti de l'innocence le 24 août à 11h 42.

Ceci dit, il n'y a aucune preuve que ce soit ce message (lequel ne contient d'ailleurs rien de scandaleux) qui ait provoqué l'effacement de la chronique de Gabriel Matzneff. Sauf à supposer une fausse manoeuvre du webmestre du Point.fr, qui voulant supprimer le commentaire, aurait également supprimé la chronique. Autrement dit, il aurait jeté le bébé avec l'eau du bain... Mais si c'était un accident, il serait depuis longtemps réparé.

Pourquoi ne pas interroger directement Le Point ? Tout en bas de la page d'accueil de http://www.lepoint.fr , il existe une rubrique intitulée "Nous contacter". Si l'on clique dessus, s'affichent plusieurs possibilités d'entrer en contact avec la rédaction du Point et du Point.fr. Il y a également la page facebook du Point.

En ce qui concerne Twitter, gardez-vous de communiquer avec @FO_Giesbert, qui est un compte parodique. Par contre, le compte @sebastienlefol, lui, est authentique.

47 - Le 25/08/2013 par Caméléon sur un arc-en-ciel...

Cher Anatole, à l'instar de "la famille de Bruxelles" je vous dis merci de plus belle. Le lien sous mon ajoute de l'eau au moulin, car il témoigne, à mon sens, que Verts ou pas verts "ça pue" encore... Toute politique devrait être écologique et non un "parti".

48 - Le 25/08/2013 par 47 bis

Hop ! http://billets.domec.net/tag/Rentr%C3%A9e%20litt%C3%A9raire

49 - Le 25/08/2013 par Chipie

Hurmpff. Et s'il ne s'était agi que d'un vulgaire coup de politique marquetinge pour marqueteux sans scrupules et pervers afin de prendre Matzneff en traitre ou en otage de plus vilaine et vile manière ? Faut faire gaffe, car comme auraient dit Véra de la ribambelle et Elisabeth Lechien : "Ne touchez pas à notre poussin !" (°)

(°) Deux membres tardifs mais imminents de la SDADGM les avaient, en son temps, comparées à des "Mammas Siciliennes". C'était gentil mais à demi...

50 - Le 25/08/2013 par ...

Lire "éminents". A moins que ?

51 - Le 25/08/2013 par La Souris qui ne sourit

Oui, Mireille (43), c'est bien joli ce que vous redites, mais il ne faut pas exclure que si vraiment il y a eu censure, elle pourrait très bien avoir été orchestrée sous-cape ou sous-turban par les sympathisants des "frères musulmans". Ne soyez pas naïve, ils sont d'une susceptibilité poussée à l'extrême. Mais bon, on verra ce que Gabriel Matzneff en pense.

A propos, quelqu'un sait-il s'il est au courant de tout ce grabuge ? Aux dernières nouvelles, il serait à l'étranger pour travailler, comme à l'accoutumée. L'assistante du webmestre pourrait peut-être nous renseigner ?
VS.

52 - Le 26/08/2013 par Lulu

C'est peut-être Matzneff lui-même qui a demandé qu'on retire cet article imparfait, source de malentendus. Donc, juste et apaisante auto-censure. Cela ne valait pas tous ces cris d'orfraie !!!

53 - Le 26/08/2013 par Anatole

Gabriel Matzneff ne semble pas tenir rigueur au Point de la censure dont il a (peut-être) été victime samedi dernier. Ce matin, le diable s'ébroue à nouveau dans le bénitier. Il y prend la défense de Maurice Barrès, dont la mémoire a été attaquée ce week-end par le ministre de l'Intérieur. Barrès qui, lui aussi, lors de la parution d'"Un jardin sur l'Oronte", fut accusé par les dévôts d'avoir les pieds quelque peu fourchus.

Peut-être cette chronique contient-elle également, en filigrane, une réponse à certains détracteurs de la précédente...

54 - Le 26/08/2013 par Montp.

Un de plus, sur le Point.fr : "Ne vous trompez pas de Barrès, Monsieur Valls !" (Averti par l'expérience, j'ai "copié-collé" l'article, et le publierait ici s'il passe à la trappe, comme le précédent.)

L'article est une défense de Barrès. On peut y lire, notamment : "Je vois bien les textes de Barrès qui déplaisent à M. Valls : le côté "la terre et les morts", l'anémique nationalisme. Ils me déplaisent à moi aussi qui suis un Français d'origine étrangère, un fils d'émigrés ; mais outre le contexte politique dans lequel de telles pages furent écrites (la défaite de 1870, la perte de l'Alsace et de la Lorraine, l'humiliation infligée à la France par l'Allemagne), elles sont peu de chose à comparaison de livres de toute beauté qui témoignent au contraire de l'ouverture d'esprit de Maurice Barrès, de sa curiosité universelle."

Et aussi : "Écrivant cela, je ne pense pas seulement à Du sang, de la volupté et de la mort, à Greco ou le secret de Tolède, où il parle admirablement de l'Espagne, de l'Italie, mais plus encore aux ouvrages où se manifeste son amour de l'Orient arabe, tel Un jardin sur l'Oronte."

55 - Le 26/08/2013 par Lorrain

Barrès appartenait malheureusement à cette famille de pensée belliciste, dont l'influence antiallemande après la Première Guerre mondiale a conduit à l'exacerbation des nationalismes, et finalement à un nouveau conflit. Hitler est né de cet état d'esprit, qui a finalement entraîné le déclin de l'Europe depuis 1945 au profit des USA. Ce n'est guère glorieux.

56 - Le 26/08/2013 par Alsace-Lorrain

Barrès est à l'origine du déclin de l'Europe par le truchement de l'hitlérisme... Ouah... Quelle démonstration !

57 - Le 26/08/2013 par Lorrain

Vous, vous êtes monté sur Déroulède !

58 - Le 26/08/2013 par Anonyme

Vous êtes meilleur dans le jeu de mots... Pour le reste, laissez tomber la géopolitique...

59 - Le 27/08/2013 par Mazette !

@ Anatole : Je ne sais ce que vous en penserez, mais mon cousin Serpentin me fait remarquer à quel point (c'est le cas de le dire) tout cela lui rappelle la période tumultueuse mais "bénie" où Gab la Rafale ferraillait sec en vedette à "Combat". Merci pour le partage en tout cas.

60 - Le 27/08/2013 par Anatole

@ Mazette ! (62) : en effet, c'est reparti comme en 1962. Et Philippe Tesson, le capitaine de Tréville des Mousquetaires, est toujours de la partie !

61 - Le 14/11/2015 par

Gabriel Matzneff censuré ! Sa remarquable autant qu'insolente tribune consacrée aux Verts et aux Mahométans vient d'être supprimée du site du Point.fr.


Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires sur cette chronique

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page