Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Radio Truman*

Chronique du 21/10/2013

Curieusement, ce ne sont pas deux membres du Parti communiste français, qui sont de très proches amis et des remarquables poètes, Jean Ristat et Franck Delorieux, qui m’ont fait découvrir un disque de chants révolutionnaires des années 40 et 50 dont j’ignorais l’existence** ; c’est un autre ami écrivain, réputé, lui, de droite, président du Club des Ronchons, Alain Paucard.
Il me l’a fait entendre chez lui au cours d’une soirée bien arrosée, et ce disque m’a tant plu que j’ai prié Paucard de me le prêter quelques jours afin que je puisse le réécouter, noter certaines paroles.
De nos jours, acheter un disque est devenu une entreprise difficile, vu que le piratage de la musique sur Internet a ruiné la quasi-totalité de nos disquaires, les a contraints à mettre la clef sous la porte. Néanmoins, tâchez, chers lecteurs, de dénicher celui-ci car il est ensemble divertissant, instructif et, dans l’ordre politique, d’une redoutable actualité.
Le disque commence très fort, par une chanson dont la musique, excusez du peu, est signée Joseph Cosma. En voici la première strophe :
« Dans l’ombre immense de Lénine,
Un monde neuf monte à l’assaut,
La République des Soviets
Soldats du peuple et partisans…
»
Voilà qui réchauffe, n’est-ce, pas ? A l’encontre de Ristat et de Delorieux, je n’ai pas accroché dans mon logis le portrait de Lénine, je lui préfère celui de Nicolas II, mais je reconnais volontiers qu’en cet automne humide et grisâtre cette « ombre immense » est infiniment plus stimulante que la mélasse social-démocrate présentement au pouvoir.
L’ensemble du disque m’a intéressé, mais deux des chants m’ont spécialement charmé, l’un et l’autre anonymes : Radio Truman et Les Ricains en Amérique.
Celles et ceux qui ont lu mon premier livre, Le Défi, se souviennent de l’inscription peinte au goudron que j’avais lue sur le mur de l’église vénitienne Santa Maria del Rosario :
« Dalla guerra, dalla peste, da Ridgway, libera nos, Domine. »
Je rappelle à ceux d’entre vous qui ne sont pas étudiants à Sciences-Po que le général Ridgway fut le successeur d’Eisenhower au poste de commandant suprême des forces de l’OTAN en Europe. Et je vous fait observer, car cela a son importance, qu’il ne le fut qu’un an, de 1952 à 1953, que je ne lus cette inscription que dix ans après, en octobre 1963, mais qu’elle n’avait été ni raturée ni effacée , ce qui montre combien l’ensemble des Vénitiens souffrait de cette exorbitante présence américaine. Une Amérique qui, en 2013 comme en 1953, dispose de bases militaires en Italie ! Obama, go home !
Nous qui depuis tant d’années pataugeons dans le sang versé par les populations civiles que bombardent les Amerloques et leurs complices de l’OTAN, en Serbie, en Irak, en Afghanistan, en Lybie, nous ne pouvons qu’être frappés par la brûlante vérité, la tragique actualité d’une chanson qui date des années 50, Les Ricains en Amérique . Elle pourrait avoir écrite aujourd’hui :
« Les Ricains en Amérique
Et la France en République
Coca-Cola et whisky, non ! Messieurs les Yankees
Eisenhower et ses banquiers
Veulent la guerre au monde entier
Plan Marshall et Pacte Atlantique
La guerre au peuple soviétique
Nous ne marchons pas, nous ne serons pas vos soldats.
»
Plus actuel encore est Radio Truman (à chanter sur l’air de « Boire un petit coup, c’est agréable »), consacré aux media français qui prennent leurs ordres à l’ambassade des Etats-Unis, lèchent inlassablement le cul du locataire de la Maison-Blanche, que celui-ci soit démocrate (Clinton et son ignoble guerre contre la Serbie) ou républicain (la camarilla Bush père et fils et leurs abjectes guerres contre l’Irak et l’Afghanistan). Même si je vis, tel un patriarche biblique, jusqu’à l’âge de 800 ans, je n’oublierai pas la répugnante servilité avec laquelle les media français, tant de droite que de gauche, radio, télévision, presse écrite, ont applaudi la trahison de l’amitié franco-serbe, les bombes de l’OTAN tombant sur Belgrade, l’agression militaire occidentale contre la Libye, l’assassinat du colonel Kadhafi, leur ton satisfait , immonde, de toutous de l’impérialisme amerloque. Oui, plus que jamais, Radio Truman nous assène ses mensonges, sa propagande, s’applique à nous décerveler :
« Ecoutez-vous la radio française ?
C’est Radio Truman qui ment,
Dans tous ses mensonges elle se vautre à l’aise
Pour la joie des banques new-yorkaises,
C’est Radio Truman qui ment.
La radio française vient d’Amérique,
Tout ça va cesser, Français…
»
Le dernier vers, « Tour ça va cesser, Français » est de l’ordre de l’espérance car pour l’instant c’est encore pire qu’avant. Toutefois, je vous le redis : partez à la recherche de ce précieux disque, écoutez-le, et les chants dont je ne vous cite ici que quelques fragments vous donneront, grâce aux musiques qui les soutiennent, les exaltent, un infini plaisir.
Merci, président Paucard ! Vive les Ronchons !
Ronchonner, c’est tout ce qui nous reste. Ronchonner, descendre dans la rue et chanter. Avanti o popolo, alla riscossa, Bandiera rossa trionferà !

Gabriel Matzneff
www.matzneff.com
21 octobre 2013

* Harry Truman, président des Etats-Unis de 1945 à 1953. Ce fut lui qui décida d’utiliser la bombe atomique contre le Japon.
** L’ère stalinienne, Les chants de la révolution, volume 27, Mémoire, CDCR227.



Commentaires

1 - Le 21/10/2013 par Père Joseph

Ronchon ou bien "Grognatout" ? (sic feu votre ami Montherlant + 1 sourire) Nous "tâcherons" donc de le trouver d'une manière ou d'une autre car vous piquez notre curiosité. Quant aux malheureux disquaires - sauf votre respect - peut-être que s'ils avaient moins vendu de musiques ricaines, qui sait si ?

2 - Le 21/10/2013 par Anonyme

On dit "de remarquables poètes" ou "des poètes remarquables".

3 - Le 21/10/2013 par Sandra V.

Pourquoi ? Serait-ce un jeu de relèvements de coquilles dans cette nouvelle et joyeuse Chronique ? S'il en est, en consultant Rapminot, soudain je réalise que ne connaissais que Vladimir Cosma et non ce fringant Joseph en K. http://www.youtube.com/watch?v=HwkAFAr0Wc8

PS : Une coquille de linotte après l'OTAN à "fait" où j'aurais mis un S comme dans sourire...

4 - Le 21/10/2013 par Barbara

La vigilance des cuistres anonymes (number two) est, comme toujours, sans cesse en éveil ! Oui, il y a des coquilles, et même dans le titre ! Laissons à Matzneff le soin de les corriger, pour nous l'essentiel est dans le plaisir de la lecture. Quel texte étincelant !

5 - Le 21/10/2013 par Jean-François

Pauvre anonyme n° 2 ! Matzneff, est, tous ses lecteurs le savent, un passionné du XVII° siècle, de sa langue. Au XVII°, "des remarquables poètes" est courant ("des indignes fils" écrit Racine dans "Mithridate"), et pas seulement au XVII°. De très bons écrivains l'utilisent au XX°, par exemple Proust : "Y a-t-il des grands généraux..." (Le côté de Guermantes.) "Il y a en fait flottement dans l'usage", comme l'écrit à ce propos Georgin, assurément aussi bon grammairien que M. Anonyme n°2. Cela dit, je suis d'accord avec Barbara : quelle belle chronique !

6 - Le 21/10/2013 par Sonia


A propos du sbire du # 2, je dois bien dire qu'il faut un sacré culot pour venir sur le site d'un écrivain reconnu - même par ses pires "ennemis" - pour la pureté et la maîtrise de son style "corseté". Je voudrais revenir sur le nom (bizarre et rigolo) de ce grammairien (?) qui au siècle dernier épinglait certains archaïsmes dont Gab la Rafale était friand. Chaque fois il fut remis à sa place avec humour et moult exemples à l'appui comme vient de le faire Jean-François.

7 - Le 22/10/2013 par Le pauvre anonyme-sbire-cuistre du n°2

Ce n'était qu'un avis (de cuistre et de sbire, c'est entendu) : il me semble qu'il est plus conforme à l'histoire de la langue, mais aussi plus harmonieux, plus agréable à l'oreille, d'écrire "de remarquables poètes" ou "des poètes remarquables" ; et plus cohérent quand il est écrit précédemment "de très proches amis". La langue française, son génie si subtilement compris par G. Matzneff, c'est la cohérence, la stabilité, et l'harmonie née de cette cohérence, de cette stabilité. (D'ailleurs, qui a dit : "Au bord du précipice, je me raccroche au point-virgule" ?) Cependant, comme Jean-François l'a suggéré précédemment, peut-être s'agit-il d'une réminiscence du Grand siècle... (Je remarque, nonobstant, que Jean-François écrit : "De très bons écrivains", et non "Des très bons écrivains...)

8 - Le 22/10/2013 par Edmée (Liège)

Au moins cette mini margaille aura témoigné que vous lisez les chroniques avec beaucoup d'attention et l'œil critique.

9 - Le 22/10/2013 par Pépitos Virgulos

..."ce ne sont pas deux membres du Parti communiste français, qui sont de très proches amis et des remarquables poètes, Jean Ristat et Franck Delorieux,"

Oui sans s c'est plus harmonieux à l'ouïe, je le pense aussi.

Mais que de bruit ! Si ça se trouve le(la) pauvre anonyme du 2 est peut-être un(e) nouvel(le) assistant(e) du webmestre qui a fait une fausse manœuvre ?

10 - Le 22/10/2013 par Barbara

Au moins, Gab la Rafale est certain d'une chose : il n'est pas espionné par les Américains. Ceux-ci n'ont pas besoin d'intercepter son courrier et ses conversations téléphoniques pour apprendre ce qu'il pense d'eux !

11 - Le 22/10/2013 par Sandra

Vouiche ! Barbara je vous trouve "géniale" ! Comme disent nos ados.

12 - Le 23/10/2013 par Laurent

Gabriel Matzneff a 80 balais et l'esprit vif propre aux génies, mais putain les scibouillards de ce site sentent vraiment la naphtaline...

13 - Le 23/10/2013 par Tante Courtoisie...


77 Laurent ! 77 étés... Et les "naphtalineux" espèrent bien fêter l'ottante !

Mais qu'attendez-vous pour nous prêter votre plume légère de jouvenceau ?
Seriez-vous prêt à descendre dans la rue et chanter sans ronchonner ?
♫ ♫ ♫ Avanti o popolo, alla riscossa, Bandiera rossa trionferà !

Après vous.

PS : Un(e) internaute (tesse ?) il y a peu, soulignait avec justesse l'étendue des contradictions de notre hôte. A l'appui de cette étincelante Chronique nous voilà servis !

14 - Le 23/10/2013 par Il y a longtemps que je l'ai sur le bou


En repensant à la remarque pas bien méchante de Laurent, je me suis demandé ce qui pouvait générer cette absence de commentaires constructifs et/ou naphtaliniens sur un site consacré à un écrivain vivant et de si grand talent. C'est comme si le silence devenait soudain inversement proportionnel à la densité d'une œuvre et que le blogueur - "clavardeur" dirait-on chez nos amis Canadiens - en reste bouche-bée, donc muet forcément. Cette sensation que, à tort ou à raison, tout ou quasi a déjà été dit et qu'en redire encore équivaudrait à s'aérer les dents pour des prunes n'est pas rare et je pense, en particulier, aux lecteurs qui ont connu le plaisir gourmand de découvrir l'ouvrage de quatre cents pages consacré à Gabriel Matzneff par les "Editions Du Sandre".

PS : Je formule le souhait que le lien glané sur le web et qui se trouve sous ma tête ne va pas générer de nouvelles et vilaines bêbêtes : http://www.youtube.com/watch?v=awQekcIVozQ

PPS : Le plus amusant dans la nouvelle Chronique est le pied-de-nez que le Diable du bénitier fait de plus belle à tous ceux et celles qui pensaient le récupérer en l'emprisonnant parmi les grenouilles. J'aimerais voir leurs têtes quand Gab la Rafale brandira la faucille et le marteau !


15 - Le 23/10/2013 par 14

Oups ! "sur le bout"

16 - Le 23/10/2013 par 14

Lire : "sur le bout de la langue". Décidément ce n'est pas mon jour.

17 - Le 24/10/2013 par Aurélien-Demian

Salut mes amis matznevien,

je suis etonné que personne ne mention que le plus grand ecrivain vivant est entrée dans la deuxieme selection de Prix Renaudot-Essais. Peut-etre le temps est arrive pour un prix litteraire après un si long temps!
Croisons les doigts pour lui!

Merci

18 - Le 24/10/2013 par Bepa R.


Bon Jour Aurélien-Demian,

Mais pour sûr bien sûr que les Amis matznèviens en on fait mention, cher Aurélien-Demian. Mais c'était dans une autre Chronique. La précédente, je pense. L'expérience nous ayant appris qu'en France le pire est souvent certain, ses lecteurs sont devenus quelque peu superstitieux. Ainsi donc ils préfèrent se taire même si, secrètement, ils l'espèrent ardemment.


19 - Le 24/10/2013 par Jamais 2 sans 3

en ont, pardon.

20 - Le 27/10/2013 par Véra ♫ ♫ ♫


Quand j'étais petite, j'entendais des "prêtres ouvriers" dire souvent que le Christ était, au fond, un authentique communiste... Dès lors qu'en Europe et en France la liberté de culte n'est plus passible ni d'emprisonnement dans des camps ni d'enfermement en asile psychiatrique, serait-ce utopique d'imaginer un vrai changement-chambardement puisque tout le monde ment ? Et pas que Radio Truman ! ---> http://www.youtube.com/watch?v=QkmXwVF0wD4

21 - Le 31/10/2013 par Anatole

Samedi dernier, c'est Philippe de Saint Robert qui, sur France-culture, composa le programme de la plus longue nuit de l'année, celle du passage à l'heure d'hiver. Est-il besoin de préciser que le général de Gaulle, Simone Weil, Henry de Montherlant, Gabriel Matzneff, Alexandre Dumas et ses mousquetaires y furent à l'honneur ?

En cliquant sur le lien, on pourra, entre autres, (ré)entendre la mythique émission du 30 novembre 1966 au cours de laquelle Montherlant et Matzneff s'entretinrent de L'Archimandrite autour du micro de Pierre Lhoste.

22 - Le 01/11/2013 par Sandra V.

Oh ! merci cher Anatole ! Pour bibi, novembre 1966 c'est la première fois que je l'écouter.

23 - Le 01/11/2013 par Bepa-Rèva

Anatole, re-merci aussi ! Je vais derechef déposer le lien sur "la toile".

24 - Le 02/11/2013 par Sonia Winterfeld

Je ne cache pas que j'ai, moi aussi, été très impressionnée et particulièrement émue par les échanges entre Gabriel Matzneff et Montherlant consacrés par Pierre Lhost en 1966 grâce à France-Culture. On en reste bouche bée, tant il apparaît de façon foudroyante que Gabriel Matzneff n'a jamais cessé d'être pareil à lui-même. Quasi une cinquantaine d'années plus tard il n'y a, à mon sens, pas le moindre mot qu'il ne prononcerait autrement tant c'est éblouissant et prémonitoire.

25 - Le 02/11/2013 par Anonyme

24. Lire "qu'il ne prononcerait aujourd'hui"

26 - Le 02/11/2013 par Lulu

Parfois, c'est bien de changer un peu.

27 - Le 02/11/2013 par Sandra V.

Lulu, et même beaucoup oui, faites-lui confiance. Le style mûrit avec l'âge ainsi que les rides, mais quand il s'agit de sincérité, en changer équivaudrait à une perte d'âme...

28 - Le 02/11/2013 par Lulu

Sincérité 100 % A.O.C. !!

29 - Le 04/11/2013 par La comtesse Grancéola

Le Renaudot essai va à "Séraphin, c'est la fin!!!!! Félicitations au grand Gab la Rafale:-))) Je me réjouis de cette grande nouvelle.

30 - Le 04/11/2013 par Alpphonse de Lahaut O:)

Le Renaudot "essais" ? Bravo ! Mais ça n'est une X trop tôt !!! :-)

31 - Le 04/11/2013 par Véra-Rèva

Alphonse voulez-vous bien vous taire ? Il me semble, bien au contraire, que ce couronnement a tout le charme tine-tinesque qui sied aux 77 ans de Gab la Rafale. Non ?

32 - Le 04/11/2013 par Tom

A celles et ceux qui oseraient douter encore, voir le lien du Point. http://www.lepoint.fr/livres/gabriel-matzneff-remporte-le-renaudot-essai-pour-seraphin-c-est-la-fin-04-11-2013-1751783_37.php

33 - Le 04/11/2013 par 32

Sur ma tête.

34 - Le 04/11/2013 par Aurélien-Demain

Tous mes felicitations á le plus grand ecrivain vivant! Quelle incroyable joie pour notre ecrivain maudit! Vive Gab la Rafale! Vive le soleil! Vive la mer mediterranee! Vive la jeunesse! Pourqoui pas un party de tous les matzneviens á Paris?

35 - Le 04/11/2013 par Amaury

Félicitations pour ce Prix, bien mérité. A quelques jours de la sortie d'une nouvelle Pléiade Flaubert, c'est le beau style français qui se voit honoré. Les Goncourt quant à eux ont fait dans le populisme en ne consacrant pas Toussaint : il reste encore des progrès à faire !

36 - Le 04/11/2013 par Surpris (mais heureux !)

Youpiiii !!!!

37 - Le 04/11/2013 par Sonia

Comment ça Youpi ! mais néanmoins surpris ? C'est enfin ! qu'il faudrait lancer à la volée. Malgré que, je vous l'accorde volontiers, Gabriel Matzneff ne fut jamais un coureur de prix et qu'il est à espérer que celui-ci lui offrira quelque répit, que Diable !

Quant à vous Amaury, Jean-Philippe Toussaint n'est-il déjà bardé de nombreux "prix" dont le Médicis ? Il est sans conteste un écrivain singulier lui aussi, mais son minimalisme n'arrive pas à la plume de notre cher Gab la Rafale. Me semble-t-il.

38 - Le 04/11/2013 par Parti-pris

Aurélien-Demain vous me faites sourire. Songeriez-vous, par hasard, à créer le "Parti de Gab la Rafale" ?

39 - Le 04/11/2013 par Serpentin Coloré

Et moi je propose une nouvelle action sur facebook et sur le web tout entier :

"Pour que le mot "émile" soit introduit et admis dans le prochain dictionnaire de l'Académie Française".

40 - Le 04/11/2013 par Amaury

On a déjà "courriel" ?

41 - Le 04/11/2013 par Re-Amaury

A n°37 : Toussaint n'est plus "minimaliste" depuis longtemps. Lisez-le, au moins.

42 - Le 04/11/2013 par 39

A Amaury, votre # 40 : "courriel" n'est-il moins rigolo ? Au même titre que "portable" et "telefonino"... Ce qui est bien c'est quand ce sont des écrivains qui inspirent toutes sortes de néologismes.

43 - Le 05/11/2013 par Aurélien-Demian

#38 Pas de parti, mon cher (ma chere?), une fete, une soiree pour le maitre:-).

44 - Le 05/11/2013 par # 38

@ Aurélien-Demian : Où ça et quand la fête ?

PS : Je suis une "ma".

45 - Le 05/11/2013 par Aurélien-Demian

@ #38 Ma chere inconnu,

en fait, ca va passer ce jeudi, voir ici:

http://www.leoscheer.com/blog/2013/09/10/2113-gabriel-matzneff-dans-la-selection-des-essais-du-renaudot

Vous pouvez me faire un faveur: Prenez un coup de champagne pour moi à notre maitre, s'il vous plait!

Vous y allez?

46 - Le 05/11/2013 par Yvan

Mais enfin cher (chère ?) 38, le jeudi 7 novembre aux Editions Léo Scheer voyons ! Ne nous faut-il faire la fête avant que le soleil nous tombe sur tête ?

NB : En tout cas pour ce qui concerne les prix et en vertu de sa maîtrise d'une langue qu'il chérit, je m'étonne - sans être le seul - que ce ne soit celui de l'Académie Française qui lui fut décerné. Mais peut-être que les poussiéreux de la rue en sont-ils indignes ?

47 - Le 08/11/2013 par articles directory

Et moi je propose une nouvelle action sur facebook et sur le web tout entier :

"Pour que le mot "émile" soit introduit et admis dans le prochain dictionnaire de l'Académie Française".

48 - Le 08/11/2013 par Aurélien-Demian

Donc, mes chers matzneviennes,

comment c'était, la grand fete pour notre maitre? Je suis trés curieux!

Racontez, s'il vous plait!

49 - Le 09/11/2013 par Mimi Patchwork

Cher Aurélien-Demian, bibi itou aimerait bien ! Tout dépendra, néanmoins, de la générosité légendaire de Léo Scheer.

50 - Le 09/11/2013 par Aurélien-Demian

Cher Mimi,

mais qu'est-ce que ca veut dire? C'est trés étrange que personne ne parle ici comment c'était!!! Oú sont tous les matzneviennes?

51 - Le 09/11/2013 par Mimi-la-souris-qui-sourit

Cher Aurélien-Demian,

Il se passe, à mon avis, que les matzneviennes et les matzneviens, tels les convoyeurs colombophiles du temps passé, attendent sagement mais toutefois avec impatience que revienne le mois de janvier. (Voyez l'URL sous mon pseudo)

52 - Le 10/11/2013 par health and fitness articles

Et moi je propose une nouvelle action sur facebook et sur le web tout entier :

"Pour que le mot "émile" soit introduit et admis dans le prochain dictionnaire de l'Académie Française".

53 - Le 14/11/2013 par Anatole

Gabriel Matzneff participera à l'événement "Radio France fête le livre 2013" les samedi 23 et dimanche 24 novembre prochains (toutes précisions en cliquant sur le lien).

Le jeudi 5 décembre, c'est à la librairie "L'écume des pages", sise au n° 174 de son cher boulevard Saint-Germain, que, à partir de 19 h, il dédicacera "Séraphin, c'est la fin" et autres livres.

54 - Le 14/11/2013 par L'assistante du webmestre

A Radio France (la note d'Anatole n°53), Gabriel Matzneff ne sera présent que le samedi 23 novembre, de 14 à 16 heures, un peu plus longtemps s'il y a beaucoup de monde à son stand (le même horaire qu'au salon du livre en mars dernier).

55 - Le 14/11/2013 par Hervé

Il suffit de s'absenter deux semaines et je découvre à mon retour que j'ai tout manqué ! Le Renaudot, le Bedford, l'Ecume des jours !
Où sont les témoignages des matznéviens ? Des images ?

Au demeurant, quelle bonne nouvelle que ce prix : bravo à Gabriel Matzneff !

Cette satisfaction donnera-t-elle lieu à un texte ? Il en a si souvent parlé de cette absence de reconnaissance...

56 - Le 15/11/2013 par articles

Youpiiii !!!!

57 - Le 15/11/2013 par Aurélien-Demian

#55 Mon cher Hervé,

je suis trés heureux de voir votre texte. Quand vous voyez #48 et #50, j'attends aussi des témoignages et images depuis quelques jours. Mais: Rien! C'est une deception, parce que je pense que ca serait trés joli lorsque tous les matzneviens racontent leurs experiences personnels avec l'oeuvre des maitres ou la rencontre. D'autant plus en cas de rendez-vous au Bedford, parce que l'occasion a été si grand: la fete pour le premier prix du maitre!!!
Donc, cher Hervé, je sais que nous avons des sentiments et opinions pareils: Vous pouvez me donner votre address e-mail? Ca serait trés joli pour avoir une correspondance profonde!

Merci

58 - Le 15/11/2013 par L'assistante du webmestre

Il y a eu, le jeudi, la fête donnée par Léo Scheer à l'hôtel Bedford, mais le jour même de la proclamation du prix, le lundi, tout le monde était, selon la tradition, cordialement invité à sabler le champagne chez l'heureux éditeur, en l'occurrence La Table Ronde, rue de Condé. Lors des deux soirées furent prises de nombreuses photos. C'est aux photographes de se manifester,d'envoyer leurs clichés.

59 - Le 15/11/2013 par Il faudrait toujours que de la tête au c

Cher Hervé, si je peux me permettre ? Ne sont-ce, en premier, ses lecteurs et ses vrais amis qui se sont le plus souvent plaints d'un bizarre manque de reconnaissance ? Votre joie fait grand plaisir à voir, et pour ma part j'ai vécu l'événement comme un soulagement.

Ceci dit, je ne voudrais assombrir votre bel enthousiasme en jouant les oiseaux de mauvais augure, mais figurez-vous que non contents de ricaner sous cape en termes vulgaires et insidieux, d'ignobles "sycophantes" - d'odieuses sycophanteresses - du web, se sont acharnés sur le bien-fondé de cette reconnaissance en se permettant de remettre au tapi tous les vieux poncifs et amalgames possibles qui gravitent encore autour de ses tendres penchants pour les moins de seize ans.

Rien à faire, à croire que le nom de Gabriel Matzneff leur est devenu nécessaire pour en faire le bouc émissaire du siècle passé et présent !

(*) C'est Yehudi Menuhin !

60 - Le 15/11/2013 par (*)

Désolée : ...qu'il faudrait toujours que de la tête au coeur, l’itinéraire soit direct. Bepa C.

61 - Le 15/11/2013 par Petite pioche

En attendant, un lien suisse sous mon pseudonyme...

Pour un pays célèbre pour la précisions de ses montres et horloges, il apparaît que ce n'est guère le cas pour ce qui en est de l'âge des capitaines ! Gab la Rafale a non pas 79 étés mais 77 voyons ! Le journaliste de la rts ne devrait-il être prié de rectifier ? (Risette)

http://www.rts.ch/audio/la-1ere/programmes/forum/5356155-renaissance-du-sulfureux-gabriel-matzneff-14-11-2013.html

62 - Le 16/11/2013 par Lapsus 59

Lire "tapis" et non tapi. Navrée.

A la Petite pioche # 61. Pas très claire votre affaire au 59. Ce journaliste suisse est néanmoins bien sympathique. Il n'en reste pas moins que je prétends mordicus que tout va beaucoup trop vite sur la cité du web. Cela part dans tous les sens, quelle misère !

63 - Le 16/11/2013 par Anatole

Gabriel Matzneff en grande forme sur France-info ! Cliquez sur le lien ci-dessus, vous ne le regretterez pas !

64 - Le 16/11/2013 par Une troll fol qui passe et repasse...

Mon lien : ♫ ♫ ♫ ^ô^ ♫ ♫ ♫

HUMOUR : "Man, thou, pendulum, between a smile and a tear". (*)

(*) Homme, toi qui balances entre un sourire et une larme. Lord Byron.


65 - Le 16/11/2013 par Serpentin C.

Anatole, merciiiii !

PS : Le seul bémol : le journaliste aurait dû prononcer Ma-T-zneff et non Ma-Z-neff ! Mais on lui pardonne, parce que lui au moins laisse parler l'écrivain sans l'interrompre. Une rareté dans les médias d'aujourd'hui...

PPS : Question indiscrète : vous aventurez-vous sur des "réseaux" genre facebook ?

66 - Le 19/11/2013 par Véra

A vous tous qui passez par ici, voici encore un bel et très attendu billet de notre "bretteur" Gab la Rafale du bénitier. Merci pour ce bon moment de répit et de soulagement !

67 - Le 25/01/2014 par Denys

Tout cela confirme, si besoin était, qu'il y a toujours eu, chez les
Russes blancs , une tendance complaisante (mais, heureusement pour eux-mêmes, minoritaire, sauf peut-être en 1945 et 1946 et depuis 1988) au "smenovekhantsvo" (= "Nouveaux
jalons", revue fondée à Prague en 1921 par des émigrés, entre autres ND Ustralov,ancien de l'équipe de l'Amiral Koltchak,décrits trop souvent, de façon fort réductrice, comme des "Eurasiens"), dont le soubassement "affectif" pourrait être une sorte de complaisance
pour le bourreau bolchéviste de leur peuple et de sa Sainte Eglise catholique et apostolique orthodoxe pour autant qu'il leur paraît le
"rassembleur des terres russes" à la suite d'une Catherine, d'un Pierre
et d'un "Jean le Redoutable" (="Ivan le Terrible").
La russophobie me répugne autant qu'à M. Matzneff , et il conviendra comme moi que le mépris haineux du peuple russe et de sa culture orthodoxe constamment témoignés, par leurs déclarations ("Je crache sur la pouffiasse [sic] mère Russie")et surtout leurs actes, des Lénine, Gorki et leurs émules, a été bien plus efficacement nocive que l'ignorance des Truman et Ridgway (ce dernier amateur de l'oeuvre de Proust, paraît-il...).
Ni le "Plan Marshall", ni la fondation de l'OTAN entre 1949 et 1951,ni la
politique de "containment" (et même de "roll-back" depuis 1991) poursuivie alors et par la suite par les successives administrations étatsuniennes et leurs alliés européens n'ont
menacé la culture russe et son alliage avec la spiritualité chrétienne orthodoxe autant que les entreprises des corrupteurs parodiques de celles-ci (corrupteurs que feu Olivier Clément qualifiait d'"orthodoxistes").
Tout ce que que je viens d'écrire l'a été en pensant à des "bolchos"
français que j'ai connu (mon défunt oncle par alliance cévenol, et tel
vigneron d'origine toscane toujours vivant), en toute estime pour MM. Paucard et Matzneff - lequel a creusé en moi le désir de lecture de Bossuet, Montherlant, Boutang et de bien d'autres (cf. son magnifique "Maitres et complices").
Je connais certaines ivresses procurées par ces poisons, sans pour autant préconiser leur usage médicinal, même en ayant lu Cioran qui écrivait : "Puisque l'Absolu correspond à un sens que nous n'avons pas su cultiver, livrons-nous à toutes les rébellions, ELLES FINIRONT BIEN PAR SE RETOURNER CONTRE NOUS-MÊMES" ("Penser contre soi").
Toute ma gratitude pour certaine partie de l'oeuvre écrite de M. Matzneff,
en dépit de ses - inévitables ? - scories, et, en fin de compte, même
pour ces scories.


Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires sur cette chronique

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page